Oeil Sauvage Posts

23 septembre 2018 / / Non classé

Non sans émotion, je vous racontais, il y a quelques semaines, mes rencontres fortuites et bienheureuses avec le majestueux pic noir – le plus grand des pics européens, un oiseau tout à fait fascinant, aussi massif qu’une corneille et pourtant difficile à repérer, car d’un caractère particulièrement farouche et évoluant dans un territoire assez vaste. Son plumage intégralement noir (hormis la calotte rouge) le rend aussi

16 septembre 2018 / / Non classé

Automne 2016. Soirées humides et brumeuses en val de Seine. Par la fenêtre du « château », le ciel s’illumine de couleurs roses, oranges ou rouges, donnant un aspect féerique et mystérieux aux prairies voisines, semi-sauvages. Passent dans le ciel tour à tour hérons, mouettes, corbeaux freux, pigeons ramiers. Et puis ce cri, tout à fait inouï, qui semble venir des pins ou bouleaux du jardin d’à côté…

13 août 2018 / / Non classé

Dans cet article, je vais vous raconter quelques belles émotions que j’ai vécues au cours du printemps 2018, dans les forêts euroises non loin de chez moi.  J’ai passé une bonne partie de l’hiver, pendant mes moments de liberté, à parcourir de nombreuses parcelles pour repérer des loges, principalement de pics noirs. Le grand pic noir, avec sa calotte rouge et son oeil très brillant, est l’un des habitants ailés les plus majestueux de nos forêts, un régal à observer autant qu’à photographier.

21 juillet 2018 / / Non classé

Si vous avez lu le compte-rendu de ma rencontre forestière avec les renardeaux et le chevreuil, en mai 2018, vous vous souvenez peut-être que je finissais en évoquant ma découverte d’une loge de sittelle torchepot (sinon, c’est ici !). La sittelle n’est pas une espèce rare, ni menacée. Malgré cela, et bien qu’elle pousse des cris assez nerveux et sonores, il n’est pas toujours aisé de l’observer, car elle est tout de même moins fréquente que les merles, mésanges, pinsons et

10 juin 2018 / / Rapaces

Une journée de mai 2017. Comme tous les soirs en revenant du travail,  j’aime assister à travers la fenêtre du salon au va-et-vient des derniers oiseaux de jour, avant l’entrée en scène des deux petites chouettes chevêches du jardin voisin ; cachées dans les branchages en journée, il n’est pas rare de les voir se mettre un peu plus en évidence, aux derniers rayons de soleil, souvent sur les mêmes perchoirs, mais pas toujours –  sinon ce serait trop facile ! Ce soir cependant, c’est un autre oiseau qui m’intrigue, là-bas, au loin… 

2 juin 2018 / / Non classé

Si vous suivez régulièrement mes aventures photo-naturalistes, vous savez que début mai de l’année 2018, j’ai réalisé un vieux rêve : celui de la rencontre, pendant plusieurs minutes, de jeunes renards près de leur terrier, dans une ambiance forestière que j’aime à qualifier d’enchantée, tant mon émotion ce jour-là était immense… mais aussi, parce que les renardeaux n’étaient pas seuls : une chevrette se mêlait à leurs jeux !

10 mai 2018 / / Non classé

Je ne crois pas à l’astrologie, mais ce jour-là, il me faut admettre que les planètes étaient bien alignées.  Nous sommes le 5 mai 2018, à environ 8 heures du matin. C’est une journée printanière aux températures estivales, le ciel est bleu, l’herbe est verte, le colza jaune pétant.

30 avril 2018 / / Non classé

Dimanche 8 avril 2018, neuf heures du matin. Il fait moyennement beau en ce début de printemps, mais peu importe, je pense déjà à quel nouveau coin sauvage je vais pouvoir explorer. Comme d’habitude, je prends mon petit-déjeuner tout en observant le jardin, et au-delà, la prairie du voisin où vivent les chevêches, puis les champs qui s’étendent jusqu’à la Seine. Les jumelles sont

15 avril 2018 / / Non classé

L’hiver 2017-2018 a été marqué en France, comme vous le savez, par une crue impressionnante de la Seine, générant bien des dégâts à travers toute l’Île-de-France, mais aussi la Haute-Normandie, l’Eure en particulier. D’innombrables jardins et sous-sols ont

27 mars 2018 / / Non classé

A la fin de ma première partie de mon histoire du mystérieux lièvre blanc (lire), j’émettais la crainte de ne plus jamais le revoir, après la saison de la chasse… Pendant tout l’hiver, je ne suis pas retourné à la prairie où j’avais pu l’approcher de très près, en octobre 2017. J’ai préféré attendre le printemps et le

20 mars 2018 / / Non classé

Entre la Seine et les collines forestières de l’est eurois, quelques villages ont heureusement conservé une part de champêtre, malgré la domination de l’agriculture intensive, et la construction croissante de nouveaux pavillons à la périphérie des bourgs qui mordent de plus en plus sur les espaces sauvages. La région parisienne n’est en effet qu’à quelques kilomètres, assurant ainsi à cette région mitoyenne du Vexin un sort tout autre que celui de la désertification rurale que connaissent d’autres départements.

10 mars 2018 / / Non classé

Grande et belle oie originaire d’Amérique du Nord, la bernache du Canada a  été importée par l’homme en Europe dès le XVIIe siècle pour ornementer les jardins et satisfaire les jeux des chasseurs. Comme tant d’autres espèces importées artificiellement par l’homme, la bernache s’est (trop) bien adaptée à son nouveau milieu, et d’espèce exotique, la « chum » des Canadiens est progressivement devenue l’invasive des Européens et même, depuis 2016, la nuisible des Français… pour la plus grande joie des férus de la gâchette.

1 mars 2018 / / Non classé

Au gré de balades dans mon village, à l’automne, j’ai eu le bonheur de croiser à plusieurs reprises des écureuils roux, toujours confinés au même secteur, dans un bosquet de chênes et de noyers. Ne sortant jamais sans mon appareil photo, j’ai réussi à les immortaliser plus d’une fois.

28 février 2018 / / Non classé

Dimanche 25 février, vers 16h, le ciel est bleu, la lumière rasante, le moment est venu de tenter un petit affût voiture. Le matin, j’avais marché dix kilomètres dans la campagne euroise, appareil photo et jumelles bien attachées à ma sangle-safari, une rando bien tonifiante, mais peu fructueuse en termes de trophées d’images ! Quelques buses planant très haut le ciel, quelques merles et rouge-gorges furtifs… mais surtout un froid glacial, qui ne m’a pas encouragé à beaucoup sortir les mains des poches !