Oeil Sauvage Posts

7 octobre 2019 / / Non classé

A la recherche du pic noir… c’est le titre d’une histoire précédente racontée ici. Vous vous souvenez peut-être que j’avais fini par le trouver, à sa loge ! Mais n’allez pas croire que ça marche à tous les coups. Oh non ! Je ne compte pas le nombre d’heures passées à observer sans qu’il se passe le moindre petit quelque chose, dans le chaud, le froid ou la pluie, un grand trou noir de forme ovale, caché dans ma petite tente-affût ou derrière un filet de camouflage avec une dégaine à faire fuir le premier promeneur !

21 juillet 2019 / / Non classé

Vendredi 19 juillet 2019. Sur un coup de tête, je décide d’aller dormir en pleine nature, afin d’être prêt tôt le lendemain, avec l’espoir de photographier un peu de faune sauvage du Vercors. Je choisis d’aller du côté d’Archiane, dont on m’a dit le plus grand bien, pour tenter de voir quelques vautours – et qui sait, pourquoi pas le fameux gypaète barbu !  J’arrive sur place en fin de journée, vers 18h. L’endroit est à couper le souffle. On se sent minuscule dans cette immense prison à ciel ouvert, où se dresse au bord d’un petit torrent un petit hameau isolé, entouré de très hautes falaises. 

7 juillet 2019 / / Non classé

En ce début juillet 2019, la chaleur écrasante de la vallée de la Drôme a raison de moi. Ce n’est pas un temps à photographier la nature, mais à se calfeutrer chez soi volets fermés, ventilateur allumé, disque dur plein de photos à trier. Le tri des photos… c’est plutôt une occupation d’hiver, pendant les longues soirées sans lumière ! Le ventilateur du PC est surchauffe et la passion de la nature trop forte : sur un coup de tête, je prépare mon sac photo et décide de passer la soirée là-haut, dans le Vercors, à contempler le monde avec 10 degrés en moins. Aucun risque d’orage ce soir-là, je peux faire un bivouac au milieu des vaches, vue sur la forêt des Hauts-plateaux et la montagne du Grand Veymont. 

4 mai 2019 / / Non classé

Avec son 1m75 d’envergure, c’est l’un des plus grands animaux à plumes de France, et un beau sujet pour s’entraîner à la photographie d’oiseaux. Le héron cendré, tout de suite reconnaissable à ses trois couleurs de plumes (gris – blanc – noir) et son long poignard de bec jaune-orange, est présent partout en basse altitude, là où il y a alternance de bois et de plans d’eau – rivières, lacs, étangs. Il se nourrit surtout de poissons, mais aussi d’amphibiens, et peut même s’attaquer à des serpents. On le voit le plus souvent au bord de l’eau, mais il fréquente aussi les champs cultivés, et même les parcs urbains !

31 décembre 2018 / / Non classé

10 photos – 10 émotions. Voilà, une nouvelle année photographique se termine, très riche en rencontres inédites et émotions fortes ! L’exercice est périlleux, mais j’ai tenté d’établir un « top 10 » de mes photos préférées. Avec des critères techniques & esthétiques bien sûr, mais aussi – encore plus important ! – un critère émotionnel. Car c’est ce qui est à la base de cette belle passion qu’est la photographie animalière – l’intensité et la magie des face-à-face 100% sauvages !

30 décembre 2018 / / Non classé

Au cœur de la forêt, je me suis souvent fait grogner dessus. Un bruit sec, court, mais assez sonore, qui émane des fougères, orties et autres broussailles… Cela fait sursauter ! Autour de soi, des silhouettes indéfinies se dispersent,  bousculant feuilles et branches…

19 décembre 2018 / / Non classé

Réveillé par Bach, dimanche 16 décembre à 6h30 du matin. Il fait noir, le brouillard est givrant, et l’envie de rester au lit une option fort intéressante. Mais si la météo dit vrai, dans deux heures le Pont de Normandie se réveillera sous un beau ciel bleu. Et je me suis donné rendez-vous avec une bande de ravissantes panures à moustaches,

25 novembre 2018 / / Non classé

Faon, chevreuil, cerf, chevrillard, daguet, biche, chevrette, brocard… Pas évident de s’y retrouver, au début, quand on s’intéresse aux cervidés de nos bois et forêts ! Et pourtant, seulement deux espèces cohabitent en France : les cerfs et les chevreuils. Aujourd’hui je vais vous parler du plus petit des deux, le chevreuil, et plus précisément des brocards et des chevrettes.

1 novembre 2018 / / Non classé

Pour se familiariser avec la gent ailée, rien de mieux que la saison hivernale, lorsque les feuilles mortes gisent à terre et que viennent à manquer insectes, fruits, baies et autres graines. Le froid, le givre, la neige… de novembre à mars, beaucoup d’espèces d’oiseaux peinent à trouver de la nourriture dans ces conditions, il est donc tout à fait possible et même recommandé de leur venir en aide, en leur offrant graines de tournesol et autres pâtées (maison si possible !), disposées dans des mangeoires adaptées.

23 septembre 2018 / / Non classé

Non sans émotion, je vous racontais, il y a quelques semaines, mes rencontres fortuites et bienheureuses avec le majestueux pic noir – le plus grand des pics européens, un oiseau tout à fait fascinant, aussi massif qu’une corneille et pourtant difficile à repérer, car d’un caractère particulièrement farouche et évoluant dans un territoire assez vaste. Son plumage intégralement noir (hormis la calotte rouge) le rend aussi

16 septembre 2018 / / Non classé

Automne 2016. Soirées humides et brumeuses en val de Seine. Par la fenêtre du « château », le ciel s’illumine de couleurs roses, oranges ou rouges, donnant un aspect féerique et mystérieux aux prairies voisines, semi-sauvages. Passent dans le ciel tour à tour hérons, mouettes, corbeaux freux, pigeons ramiers. Et puis ce cri, tout à fait inouï, qui semble venir des pins ou bouleaux du jardin d’à côté…

13 août 2018 / / Non classé

Dans cet article, je vais vous raconter quelques belles émotions que j’ai vécues au cours du printemps 2018, dans les forêts euroises non loin de chez moi.  J’ai passé une bonne partie de l’hiver, pendant mes moments de liberté, à parcourir de nombreuses parcelles pour repérer des loges, principalement de pics noirs. Le grand pic noir, avec sa calotte rouge et son oeil très brillant, est l’un des habitants ailés les plus majestueux de nos forêts, un régal à observer autant qu’à photographier.

21 juillet 2018 / / Non classé

Si vous avez lu le compte-rendu de ma rencontre forestière avec les renardeaux et le chevreuil, en mai 2018, vous vous souvenez peut-être que je finissais en évoquant ma découverte d’une loge de sittelle torchepot (sinon, c’est ici !). La sittelle n’est pas une espèce rare, ni menacée. Malgré cela, et bien qu’elle pousse des cris assez nerveux et sonores, il n’est pas toujours aisé de l’observer, car elle est tout de même moins fréquente que les merles, mésanges, pinsons et

10 juin 2018 / / Rapaces

Une journée de mai 2017. Comme tous les soirs en revenant du travail,  j’aime assister à travers la fenêtre du salon au va-et-vient des derniers oiseaux de jour, avant l’entrée en scène des deux petites chouettes chevêches du jardin voisin ; cachées dans les branchages en journée, il n’est pas rare de les voir se mettre un peu plus en évidence, aux derniers rayons de soleil, souvent sur les mêmes perchoirs, mais pas toujours –  sinon ce serait trop facile ! Ce soir cependant, c’est un autre oiseau qui m’intrigue, là-bas, au loin… 

2 juin 2018 / / Non classé

Si vous suivez régulièrement mes aventures photo-naturalistes, vous savez que début mai de l’année 2018, j’ai réalisé un vieux rêve : celui de la rencontre, pendant plusieurs minutes, de jeunes renards près de leur terrier, dans une ambiance forestière que j’aime à qualifier d’enchantée, tant mon émotion ce jour-là était immense… mais aussi, parce que les renardeaux n’étaient pas seuls : une chevrette se mêlait à leurs jeux !

10 mai 2018 / / Non classé

Je ne crois pas à l’astrologie, mais ce jour-là, il me faut admettre que les planètes étaient bien alignées.  Nous sommes le 5 mai 2018, à environ 8 heures du matin. C’est une journée printanière aux températures estivales, le ciel est bleu, l’herbe est verte, le colza jaune pétant.

30 avril 2018 / / Non classé

Dimanche 8 avril 2018, neuf heures du matin. Il fait moyennement beau en ce début de printemps, mais peu importe, je pense déjà à quel nouveau coin sauvage je vais pouvoir explorer. Comme d’habitude, je prends mon petit-déjeuner tout en observant le jardin, et au-delà, la prairie du voisin où vivent les chevêches, puis les champs qui s’étendent jusqu’à la Seine. Les jumelles sont

15 avril 2018 / / Non classé

L’hiver 2017-2018 a été marqué en France, comme vous le savez, par une crue impressionnante de la Seine, générant bien des dégâts à travers toute l’Île-de-France, mais aussi la Haute-Normandie, l’Eure en particulier. D’innombrables jardins et sous-sols ont été inondés, et vue la densité résidentielle en val de Seine, le courant a charrié des tonnes de détritus de toutes sortes, échoués des deux côtés de fleuve. Le pire étant ces kilomètres de sacs plastiques, pris au piège dans les branches des arbres à moitié noyés… Et c’est lorsque le niveau de l’eau redescend que l’on se rend compte de l’étendue de la catastrophe environnementale – sur le chemin de halage, dans mon village, des billes de polystyrène et des cotons-tiges par centaines de milliers, des bouteilles de soda, des morceaux de jouets pour chiens, des poupées Barbie démembrées… Un bien triste spectacle !

27 mars 2018 / / Non classé

A la fin de ma première partie de mon histoire du mystérieux lièvre blanc (lire), j’émettais la crainte de ne plus jamais le revoir, après la saison de la chasse… Pendant tout l’hiver, je ne suis pas retourné à la prairie où j’avais pu l’approcher de très près, en octobre 2017. J’ai préféré attendre le printemps et le

20 mars 2018 / / Non classé

Entre la Seine et les collines forestières de l’est eurois, quelques villages ont heureusement conservé une part de champêtre, malgré la domination de l’agriculture intensive, et la construction croissante de nouveaux pavillons à la périphérie des bourgs qui mordent de plus en plus sur les espaces sauvages. La région parisienne n’est en effet qu’à quelques kilomètres, assurant ainsi à cette région mitoyenne du Vexin un sort tout autre que celui de la désertification rurale que connaissent d’autres départements.